Les troubles d’apprentissage

Souvent l’entrée à l’Ecole est une fête ! Un grand pas vers un monde de découvertes, d’apprentissages, de connaissance de soi, de l’Autre. Et pourtant, pour certains enfants, la fête est de courte durée. Rapidement confrontés à des difficultés de compréhension, de motricité, de communication, les enfants qui présentent des troubles d’apprentissage peuvent vite être en souffrance.

Repérer ces troubles, dès le plus jeune âge pour accompagner l’enfant au plus tôt dans les apprentissages avec des aménagement adaptés à ses difficultés est la clé d’une construction positive !

 Qu’appelle-t-on un trouble ?

Un trouble est une perturbation dans l’accomplissement d’une fonction physique ou psychique, pouvant se manifester au niveau d’un appareil, d’un organe, d’un tissu.

Ici, nous parlons de troubles d’origine neurologique qui viendront notamment affecter les compétences scolaires attendues dans un niveau.

Quels troubles sont reconnus comme troubles de l’apprentissage ?

Les différents troubles d’apprentissage sont :

« Dys »-moi tout !

Dys : D’après le Larousse, c’est un préfixe indiquant une difficulté, une anomalie, le mauvais état ou le mauvais fonctionnement de quelque chose.

Dyslexie-dyspraxie-dysphasie, ces troubles engendrent des difficultés de coordination et automatisation des mouvements, de la lecture, de l’écriture, du langage oral.

Dyslexie

La dyslexie, selon la définition de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) est un trouble spécifique de la lecture. Il s’agit également d’un trouble persistant de l’acquisition du langage écrit caractérisé par de grandes difficultés dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maîtrise de l’écrit (lecture, écriture, orthographe…).

L’enfant peut avoir du mal, par exemple, dès la découverte de l’alphabet. C’est avec l’arrivée des travaux de lecture que les signes du trouble vont s’intensifier. Les difficultés de repérage et compréhension des sons à la lecture seront bien plus visibles. Les caractéristiques les plus fréquentes sont l’inversion de lettres, de sons, de syllabes, jusqu’à l’impossibilité totale de lecture.

De ce fait, la dyslexie peut être associée à la dysorthographie et la dyscalculie.

La lecture, à l’origine de la capacité à produire de l’écrit avec la reconnaissance des sons, des mots, des chiffres va fortement impacter la qualité de l’orthographe et de l’écrit mathématique. Plus un enfant aura de difficultés à intégrer la lecture, plus il aura de difficulté à écrire.

Attention, beaucoup d’enfants peuvent rencontrer des difficultés en début d’apprentissage de la lecture sans pour autant qu’une dyslexie soit présente.

Donc, seul un bilan orthophonique réalisé avec un spécialiste permet de confirmer ou non la dyslexie.

Dyspraxie

La dyspraxie est un trouble spécifique touchant les praxies = les gestes. De ce fait, elle fait partie des troubles d’apprentissage.

Elle engendre des difficultés à se mouvoir et se repérer dans l’espace. Les personnes souffrant de dyspraxie sont maladroites, gauches, se cognent, renversent, font tomber des objets, cassent beaucoup…

Les gestes qui sont habituellement réalisés de manière automatique, prennent énormément d’énergie pour le dyspraxique. 

La confirmation de la dyspraxie se fait par un spécialiste, grâce à de nombreux tests (psychomoteurs, orthophoniques, neurovisuels…)

Dysphasie

La dysphasie est un trouble spécifique du développement du langage oral.

Elle engendre des difficultés à construire une phase, à s’exprimer avec un langage clair et compréhensible. Le dysphasique oublie des mots, peine à trouver les mots appropriés à une situation.
La dysphasie entraîne souvent également une incompréhension de la consigne orale. Ce qui peut engendrer un comportement tout à fait contraire à ce qui est attendu.

Un bilan orthophonique permet de diagnostiquer la dysphasie. Il peut, également, être accompagné d’autres tests (psychologiques ou psychomoteurs) afin d’approfondir les besoins.

Le TDA/H – Trouble Déficit de l’Attention / avec ou sans Hyperactivité

Le TDA/H fait parti des troubles d’apprentissage. Il est un trouble neurodéveloppemental qui engendre des difficultés comportementales et sociales au quotidien. Il se caractérise par des manifestations inappropriées des mouvements (agitation), un déficit de l’attention (difficulté à se concentrer sur une tâche, oublis) et par une vraie impulsivité (incapacité à contrôler les gestes et réactions).

Retrouvez notre article complet sur le TDA/H ici !

Doublement pénalisé, d’une part parce qu’il est lucide sur ses difficultés, et d’autre part par les critiques négatives qu’il subit souvent, l’enfant qui souffre de ces troubles a d’autant plus besoin d’être valorisé, encouragé !

L’énergie nécessaire à la concentration pour compenser le travail que ne fait pas automatiquement son cerveau est considérable !

Donc pour tous les troubles, l’intensité sera plus ou moins importante selon la personne. Il est vraiment primordial d’apporter un accompagnement personnalisé.

Repérer et comprendre les troubles d’apprentissage et leurs difficultés liées, permet de mettre en place des aménagements spécifiques et adaptés. L’enfant pourra ainsi, évoluer dans les apprentissages à son rythme, à sa manière. Ecoute et bienveillance de tous les acteurs qui entourent l’enfant sont de rigueur !

 

D’autres spécificités / troubles peuvent avoir des retentissements sur les capacités d’apprentissage. Parmi ces spécificités / troubles, nous retrouvons : les TSA (Troubles du Spectre de l’Autisme), le Haut-Potentiel, la dysrégulation par exemple.

 

Repérer et comprendre les troubles d’apprentissage et leurs difficultés liées, permet de mettre en place des aménagements spécifiques et adaptés.

L’enfant pourra ainsi, évoluer dans les apprentissages à son rythme, à sa manière.

Ecoute et bienveillance de tous les acteurs qui entourent l’enfant sont de rigueur !